LogoTeluq
English
Logo
Répertoire de publications
de recherche en accès libre

La co-modélisation de la pratique de supervision de mémoire et de travail de fin d’études en tant qu’activité de développement professionnel continu : Rapport d’une expérience menée à l’Université d’État d’Haïti [r-libre/1078]

Basque, Josianne; Henri, France; Pelletier, Patrick et Toussaint, Pierre (2016). La co-modélisation de la pratique de supervision de mémoire et de travail de fin d’études en tant qu’activité de développement professionnel continu : Rapport d’une expérience menée à l’Université d’État d’Haïti (rapport de recherche). Université TÉLUQ.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]  PDF - Doc 3_Co-modélisation_Basque et al 2016_VFF.pdf
Contenu du fichier : Version finale (non publiée)
 
Catégorie de document : Rapports
Évaluation par un comité de lecture : Non
Étape de publication : Publié
Résumé : Ce rapport présente les résultats des analyses des données recueillies auprès de six professeurs de l’Université d’État d’Haïti (UEH) ayant participé à une activité de co-modélisation de leur pratique de supervision de mémoire et de travail de fin d’études de 1er cycle afin de cerner leur perception de cette activité en tant qu’une activité de développement professionnel continu (DPC). Sur une période de 9 mois, ils ont participé à six rencontres au cours desquelles ils ont été invités à échanger sur leur pratique de supervision et à représenter les connaissances qu’ils mobilisent dans cette pratique en utilisant une technique graphique dite de « modélisation par objets typés » (MOT) implémentée dans un logiciel (G-MOT). Cette technique consiste à représenter les divers types de connaissances mobilisées (procédurales, conceptuelles, stratégiques et factuelles) en les identifiant au moyen d’une courte étiquette textuelle et en les reliant entre elles par des traits fléchés, formant ainsi un réseau des connaissances mobilisées dans la pratique, nommé « modèle de la pratique ». Les deux premières séances de co-modélisation se sont déroulées à l’UEH en présence des chercheurs du projet et les quatre autres en vidéoconférence, les chercheurs se trouvant dans les locaux de la TÉLUQ à Montréal. L’un des chercheurs animait les séances et un autre représentait les connaissances évoquées dans les échanges des professeurs à l’aide du logiciel G-MOT. Ces derniers pouvaient voir à l’écran le modèle en élaboration. Les données recueillies lors de débriefings à la fin des séances ainsi que d’entrevues menées après la dernière séance révèlent que l’activité a été, pour ces professeurs, une occasion inédite d’apprentissage collectif, reconnaissant ainsi son apport à leur DPC. Ils en ont tiré plusieurs bénéfices au plan personnel : - une vision d’ensemble du processus de supervision et des compétences requises du directeur du mémoire ou du travail de fin d’études ; - la découverte des pratiques des collègues et des problèmes vécus dans les diverses Facultés ; - le développement d’une attitude plus proactive dans leurs rapports avec les étudiants ; - une prise de conscience de leurs besoins de ressources et de DPC pour améliorer leur pratique. Les professeurs participants ont également relevé différentes retombées qu’une telle activité de DPC peut avoir pour l’UEH : - l’amélioration de processus institutionnels par le développement de la collaboration professorale au sein et entre les Facultés ; - la formation de professeurs pouvant agir comme agents de changement au sein de l’institution ; - un incitatif à la recherche de solutions pour viser l’augmentation de la diplomation à l’UEH; - des changements initiés par les professeurs participants en vue de formaliser le processus de supervision, tel que le développement, par l’un d’entre eux, d’une grille d’évaluation des mémoires et travaux de fin d’études et de la soutenance ainsi que le développement par un autre de protocoles et procédures afin d’harmoniser les pratiques de supervision dans sa Faculté. Les professeurs participants ont également spécifié les conditions qui, selon eux, permettent d’assurer le bon déroulement d’une telle activité de DPC: une initiation suffisante à la technique et à l’outil de modélisation, un dispositif technique fonctionnel, la taille limitée du groupe, la participation de professeurs de différentes Facultés ainsi que l’engagement, l’assiduité et la ponctualité des participants aux séances.
Informations complémentaires : Ce document fait partie d'un ensemble de cinq documents produits dans le cadre du projet "Renforcement des capacités d’enseignement dans l’Université en Haïti", financé par le Centre de recherches pour le développement international du Canada, a été réalisé par une équipe de chercheurs provenant de trois universités : la Télé-université du Québec (TÉLUQ), l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et l’Université d’État d’Haïti (UEH). Le projet, mené entre le 1er janvier 2014 et le 30 juin 2016, avait comme finalité l’augmentation du taux de diplomation au 1er cycle universitaire à l’UEH. L’un des moyens identifiés par l’UEH pour y parvenir consiste en l’amélioration de la supervision de mémoire et de travail de fin d’études grâce à l’implantation d’un programme de développement professionnel continu (DPC) destiné aux professeurs. Dans le projet, le DPC a valeur de changement. Il est défini comme une forme d’apprentissage professionnel par lequel des professionnels s’associent pour trouver des solutions à des problèmes rencontrés dans leur pratique. Ces derniers développent ainsi de nouvelles façons d’agir et de comprendre et peuvent transformer de manière radicale le contexte dans lequel s’inscrivent leurs actions. Le projet a été réalisé selon une méthodologie de recherche-action avec la collaboration des doyens de cinq Facultés et de deux dirigeants de l’UEH regroupés dans un comité local de pilotage du projet ainsi que de six professeurs provenant de six Facultés. Des rencontres avec les membres du comité de pilotage ont permis de recueillir des données sur la problématique que soulève le mémoire de fin d’études dans ses dimensions académiques, pédagogiques et administratives. Quant aux six professeurs, ils ont participé à six séances d’analyse et de modélisation de leur pratique de supervision de mémoire et de travail de fins d’études. Ce travail a permis de mettre en évidence les activités qu’ils mènent, les principes qui les régissent, les ressources qu’ils utilisent, les productions qu’ils réalisent et les difficultés qu’ils rencontrent. Il avait pour but de susciter des apprentissages chez les professeurs et de favoriser la transformation de leur pratique. D’autres données recueillies auprès des six professeurs proviennent d’entrevues et de débriefings sur l’expérience de modélisation. Enfin, un sondage en ligne mené auprès de 26 étudiants a permis d’obtenir leur point de vue sur le mémoire ou le travail de fin d’études.
Déposant: Basque, Josianne
Responsable : Josianne Basque
Dépôt : 01 mars 2017 14:44
Dernière modification : 01 mars 2017 14:44

Actions (connexion requise)

RÉVISER RÉVISER